Ville de Roquecourbe

Des nouveaux médecins en renfort à la maison de santé

Justine Loup (au centre de la photo) rejoint les professionnels de santé du village

Depuis le départ du docteur Bertrand Castex, la population ne disposait plus de médecin généraliste dans la commune. Seule la borne de télémédecine installée à l’initiative de la mairie, à la pharmacie, permettait d’entrer en contact, mais à distance avec un praticien. Même si 250 patients, dont plus de 40 pour le mois de novembre l’ont utilisée, cette alternative ne remplace pas totalement la présence du médecin de proximité. Aujourd’hui le maire, Michel Petit, après plus d’un an de contacts et presque 6 mois de négociations, a enfin apporté un début de solution. Depuis le 7 novembre Justine Loup, originaire de Lacrouzette, jeune interne en dernière année de formation, reçoit, une fois par semaine le lundi, les premiers patients à la maison de santé. C’est après un rendez-vous, pris également auprès de la pharmacie, que l’on obtient une consultation dédiée, en priorité pour les personnes sans médecin traitant ou n’ayant pas de moyen pratique de déplacement pour consulter hors de la commune. Il faudra attendre la présentation de sa thèse de fin d’études en octobre 2023, pour qu’elle prenne ses fonctions à temps complet au mois de novembre 2023. Malgré tout un premier pas est franchi pour de nouvelles arrivées de médecins sur la commune grâce à ce choix important et courageux de première installation en maison de santé. En effet un second contact avec une autre praticienne est pratiquement finalisé, a assuré le maire, après cette première décision. Cette fois c’est une installation d’une médecin qui souhaite s’installer chez nous, venant d’une autre région et qui prendra ses fonctions au mois de septembre 2023, dans la maison de santé. Les démarches se poursuivent même, pour la venue d’un 3e médecin généraliste et d’un endocrinologue. La situation avance de manière positive avec le soutien des professionnels de santé du village, du docteur Xavier Poyer de Lacrouzette, et de la communauté de communes gestionnaire des locaux mis à disposition. 

https://www.ladepeche.fr/2022/12/01/des-nouveaux-medecins-en-renfort-a-la-maison-de-sante-10839073.php
 

Information Enedis

Avis à la population

Demande de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle aléa «sécheresse /réhydratation des sols 2022 »
 
 La Commune de ROQUECOURBE a subi cette année un épisode de sécheresse d’une intensité exceptionnelle qui peut occasionner des sinistres sur les habitations.
 
Les personnes victimes de catastrophes naturelles peuvent être dédommagées par leur société d’assurances pour les dommages qu’elles ont subis, dès lors que 3 conditions cumulatives sont remplies :

1/ Avoir souscrit un contrat d’assurances pour les biens ;
2/ Que les dommages aient pour cause déterminante et directe l’intensité anormale d’un agent naturel ;
3/ Que l’état de catastrophe naturelle ait été constaté par un arrêté interministériel publié au Journal Officiel.
 

Les personnes ayant constaté des sinistres sur leur habitation doivent déposer en mairie une demande de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle en précisant : le nom du demandeur, le lieu précis du sinistre, un descriptif des principaux dégâts subis et joindre des photos.
- avant le 1er décembre 2022-

Collecte des encombrants

Les services techniques procèdent au ramassage des encombrants le dernier mercredi du mois après appel au secrétariat.
Cependant, trop d'abus ont été constatés dans l'utilisation de ce service, ainsi, il a été décidé que seuls les gros encombrants seraient enlevés (machine à laver, réfrigérateur, canapé, …) et s'il s'agit d'un meuble ce dernier devra être démonté et tout objet non inscrit sur la liste ne sera pas ramassé.
Ces encombrants devront être sortis la veille sur le domaine public, les agents ne sont pas habilités à rentrer dans les propriétés privées.
Tout petit objet qui peut rentrer dans un véhicule doit être porté, par vos soins, à la déchetterie de St-Germier.

Service public des déchets : « Je pense à moi, je pense à Eux ! »

Pour éviter que les dépôts sauvages ne se multiplient, Trifyl en appelle plus que jamais au respect des consignes afin de protéger les agents de collecte ainsi que les personnels des centres de tri.
Trois consignes simples :
1- Jeter dans un sac fermé les textiles sanitaires usagers (masques, gants, mouchoirs et lingettes nettoyantes), puis le conserver 24h avant de le déposer dans la poubelle à ordures ménagères. Ce geste permet de limiter les risques infectieux pour les personnels qui s'occupent de la collecte et du tri.
2- Déposer dans le bac jaune uniquement les emballages recyclables (emballages, papiers, cartons, plastiques, boîtes de conserve...).
3- Conserver, jusqu’à réouverture des déchèteries, les encombrants et les déchets verts qu’il est bien entendu interdit de brûler.
Trifyl fait appel au civisme et au bon sens de chacunpour éviter les dépôts sauvages (une contravention de 5ème classe, soit une amende d'un montant maximum de 1.500 euros pourrait sanctionner cette attitude).
 Chacun doit être attentif à ses gestes du quotidien afin de préserver la santé des personnels du secteur des déchets. Seule une attitude responsable de tous permettra d’assurer la continuité des services.

COVID 19 - Informations de la Préfecture

Veuillez trouver ci-après les consignes de la préfecture du Tarn au sujet du COVID 19
  • Consignes relatives aux masques 
    • le port des masques filtrants FFP2 est réservé aux seuls personnels soignants pratiquant des soins hospitaliers invasifs (soins intensifs) ;
    • le port des masques chirurgicaux (anti-projections) est réservé aux personnes malades, aux praticiens de santé recevant des malades, aux personnes chargées du secours à victimes et des transports sanitaires ;
    • le reste de la population ne doit pas porter de masque. Les officines ont été invitées à ne pas diffuser de masques en dehors des cas mentionnés plus haut.

Consignes grand public
  • Lavage régulier des mains
  • On tousse et on éternue dans son coude
  • On utilise des mouchoirs à usage unique
  • On ne se serre plus la main
  • On appelle le 15 si symptômes
  • On reste chez soi si on est malade
  • On ne porte pas de masque si on n’est pas malade
Préecture du Tarn

Information service de l'eau

Certains consommateurs ont pu ces derniers jours ressentir un goût de chlore plus présent que d’habitude dans l’eau du robinet. Alors qu'est appliqué globalement les mêmes traitements de potabilisation, qui permettent comme l’a signalé l’OMS d’éliminer tous les virus, dont le coronavirus, nous vous expliquons ici ce qu’il peut en être.

Afin de fournir une eau toujours de qualité répondant aux exigences sanitaires fixées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et les Agences régionales de santé (ARS), VEOLIA garantie un résiduel de chlore suffisant de 0,1 mg/litre en tout point du réseau, et ce comme habituellement.

  • Dans la majorité des cas, sauf contexte spécifique local et sur demande d’une ARS, nos consignes de chloration de l’eau en sortie d’usine de traitement d’eau potable sont maintenues à leur niveau antérieur à l’apparition du Covid-19. En effet, les consignes de traitement de l’eau pratiquées habituellement permettent de garantir une désinfection suffisante de l’eau et sont adaptées au temps de contact en réseau. 
  • Localement, avec la période de confinement, la consommation en eau peut évoluer. Elle a nettement diminué, voire s’est complètement arrêtée dans les zones où se concentrent bureaux et industries. L'eau est alors amenée à séjourner plus longtemps dans le réseau de distribution. Ainsi, pour éliminer tout risque de pollution et maintenir un résiduel de chlore suffisant de 0,1 mg/litre en tout point du réseau, il peut alors être décidé d'augmenter légèrement le taux de chlore nécessaire en sortie d'usine de production d'eau potable. Cet ajustement reste adapté à la situation locale et n’est donc pas généralisé pour continuer à offrir aux consommateurs le meilleur confort d’usage de leur eau. 
  • A l’inverse, la consommation est nettement plus élevée dans les zones résidentielles, avec pour conséquence une accélération de la circulation de l'eau dans les canalisations. L'eau arrive donc plus vite qu'à l'accoutumée au robinet de certains consommateurs, directement en provenance des usines de production d'eau potable. Dans ces cas de figure, elle a donc pu être chlorée peu de temps avant sa consommation. Cela explique les différences de goût ou d'odeur de l'eau perçues par certains consommateurs.

A nouveau, l’OMS comme les agences sanitaires indiquent que le virus Covid-19 ne montre pas de résistance particulière aux traitements habituels de l’eau potable (charbon, chlore, ozone, UV). Il n'y a donc aucun risque à boire l'eau du robinet, ce n'est pas un vecteur de transfert du Covid-19.

Plus d'infomations sur le site de Veolia : https://www.eau.veolia.fr/y-t-il-plus-de-chlore-dans-mon-eau